ÉTUDES PROUSTIENNES

Anikó ÁDÁM, Lectures de Proust > 11

Le texte littéraire est hétérogène et a plusieurs fonctions malgré les canons,
les codes, les moyens d’expression et de lecture conventionnels. Par conséquent,
nous pouvons détecter plusieurs pactes de lecture explicites et implicites superposés
dans un texte. Ces pactes demandent la collaboration du lecteur, il lui est
indispensable de savoir décoder les signaux de tel ou tel pacte de lecture, hyper-,
para- ou intertextuel, proposé par l’écrivain ; collaboration quelque peu hasardeuse
puisque souvent implicite.

Notre propos s’articule autour du problème du pacte philosophique de lecture au
sens faustien du terme. Le texte littéraire a pour fonction indubitable, à part le plaisir
de création et de réception, la volonté du savoir et la maîtrise du monde que doit
garantir un pacte épistémologique. La lecture de jouissance et la lecture de
connaissance se complètent et décèlent des moyens d’expression propres au
discours philosophique ce qui est une affaire plutôt transparente dans le cas de
certains écrivains comme un Balzac ou un Proust, pour qui la connaissance et ses
représentations sont inséparables. Ce pacte philosophique se retrouve dans de
nombreux genres de discours, à différentes époques, dans de multiples contextes
culturels. Ses caractéristiques d’expression appartiennent en général aux discours
humains qu’ils soient scientifiques, théoriques ou littéraires.

 

Pour lire la suite, veuillez consulter le document pdf ci-dessous.

PDF download: