LITTÉRATURE FRANÇAISE ET FRANCOPHONE DES XXE ET XXIE SIÈCLES

Krisztina KALÓ, La forme épistolaire dans Un homme heureux (1921) de Jean Schlumberger > 145

Lorsque les critiques mentionnent le nom de Jean Schlumberger (1877-1968)
ils parlent en premier lieu de son activité littéraire autour de la fondation de La
Nouvelle Revue Française. En deuxième lieu, nous le rencontrons parmi les amis
proches des figures importantes de l’époque, tels Gide, Martin du Gard, Copeau,
Gallimard, Rivière et Paulhan. En tant qu’auteur, les critiques ne le considèrent
qu’en troisième lieu, bien que l’ensemble de ses oeuvres nées entre 1903 et 1968
ne soit pas seulement vaste et varié, mais mérite aussi notre attention par sa valeur
esthétique. Ce qui pose peut-être un problème aux historiens littéraires réside
dans le fait que Schlumberger – bien qu’il joue un rôle important dans la vie
publique littéraire en France de 1910 jusqu’à sa mort – n’a appartenu en tant
qu’auteur à aucune école ; son style ne permet de découvrir aucune influence des
auteurs d’antan ou de son temps, il n’a jamais été un écrivain populaire et il s’est
exercé de plus dans plusieurs genres avec des résultats fort inégaux. H. Clouard,
par exemple, mésestime Schlumberger romancier en ne lui prêtant que l’étiquette
d’un « faiseur de romans ». M. Delcourt dit que Schlumberger est psychologue :
il fouille l’âme humaine pour en découvrir les secrets. M. Bruézière et J.-P. Cap

s’expriment au sujet des romans de Schlumberger d’une façon très favorable.
Dans les analyses de Cap nous pouvons voir que Schlumberger mériterait plus
d’attention en tant que romancier, puisque nous trouvons dans ses oeuvres des
germes des originalités formelles que nous sommes prêts à apprécier d’une
manière toute naturelle chez un Gide, un Martin du Gard ou un Mauriac. Nous
pouvons présenter comme excuse à la postérité « ingrate » ce que dit P. Mercier :
Schlumberger n’a pensé qu’avant sa disparition à faire un bilan en composant les
Rencontres (1968), mélanges de notes et d’hommages.

 

Pour lire la suite, veuillez consulter le document pdf ci-dessous.