Philippe ROUSSIN

Philippe ROUSSIN, Autonomie de la forme, terreur et rhétorique : deux réponses de La N.R.F. aux avant-gardes > 61


Les définitions de la littérature ont été, au vingtième siècle, linguistiques plus qu’historiques ou esthétiques. Elles ont, ce faisant, permis d’affirmer l’autonomie de la littérature, c’est-à-dire de la définir comme une pratique langagière spécifique, de formaliser et d’objectiver le fait littéraire à partir de son matériau, comme construction, somme de ses procédés et comme objet séparé selon la norme que l’oeuvre se donne à elle-même. Ces définitions linguistiques n’ont, en même temps, cessé de buter sur le problème de la détermination du rapport de la littérature, ainsi caractérisée langagièrement, avec l’ordinaire des discours. On sait les solutions radicales qui ont été celles des avant-gardes littéraires des années dix et vingt : elles ont choisi de penser la littérature comme une anti-rhétorique, le lieu de l’anti-discours, une critique de la culture et de la parole commune, sans rapport aucun avec le lieu commun – interprété par elles comme stéréotypie et fausse communauté de langage. Elles ont, par là même, contribué à situer le rapport de la littérature aux autres discours en termes essentiellement conflictuels : la formule de Tristan Tzara expliquant, à l’époque de Dada, qu’il n’y avait en tout que « deux genres – le poème et le pamphlet » (M. Aa l’Antiphilosophe, 1919), illustre exemplairement cette position.

Au sein du groupe littéraire central qui se stabilise, après 1919, autour de La Nouvelle Revue Française, les propositions des avant-gardes ont suscité des réponses diverses. Pour la clarté de l’exposé, on en retiendra ici seulement deux : la première est celle de Valéry, doublement façonnée par le symbolisme et par le retour à l’ordre, lorsqu’il s’agit, dans les années 20, de trier dans l’extraordinaire explosion artistique qui a précédé la première guerre mondiale. La seconde est celle de Paulhan, guidée par la nécessité de situer la littérature et l’art modernes dans une culture de la démocratie.

 

Pour lire la suite de cet article, veuillez consulter le pdf ci-dessous.

PDF download: